champ recherche
information
commission transplantation
rein unique

SNP

Document de la Société de Néphrologie Pédiatrique

Qu’est-ce qu’un rein unique ?

Fiche d'information pour les parents

télécharger le document

 

Nous avons normalement deux reins, situés dans chaque fosse lombaire, dans le bas du dos ; ils produisent l’urine et éliminent les déchets de l’organisme.

L’agénésie rénale unilatérale correspond à l’absence de développement d’un rein, ce qui a pour conséquence la présence d’un seul rein (« rein unique »).

 

Le rein unique est parfois découvert avant la naissance, dans ce cas que faire ?

Le médecin qui suit votre grossesse va s’assurer qu’il n’existe pas d’autres anomalies chez votre enfant, en particulier en étudiant bien le rein unique (taille, aspect). Vous aurez les échographies prévues lors du suivi de la grossesse et, à cette occasion, l’échographiste vérifiera que votre bébé grandit bien et que le rein présente une croissance et un aspect échographique normaux. Il n’y a rien d’autre à faire avant la naissance. Vous pouvez accoucher dans votre maternité habituelle.

 

Après la naissance, la visite habituelle sera faite avant le 8ème jour de vie par un pédiatre, avec un examen clinique complet. A cette occasion, il vous remettra une ordonnance pour réaliser une échographie rénale et des voies urinaires vers l’âge d’un mois, pour confirmer le diagnostic annoncé lors de la grossesse. Vous rencontrerez alors un néphrologue pédiatre, pour discuter du suivi.

 

Il conviendra ensuite d’être attentif : si votre enfant présente une fièvre inexpliquée (ou une mauvaise prise de poids ou des difficultés alimentaires lors des premières semaines de vie), il faudra toujours se méfier d’une infection urinaire et consulter alors rapidement un médecin.

 

Pourquoi mon enfant a-t-il un rein unique ? Quels sont les risques pour une prochaine grossesse ?

Le rein unique est une anomalie relativement fréquente, retrouvée chez un bébé sur 1 000. Cette situation est probablement favorisée par des facteurs génétiques et environnementaux encore mal connus.

 

Même s’il existe quelques rares cas familiaux d’anomalies rénales, cette anomalie est généralement isolée et le risque pour une prochaine grossesse est très faible. Cependant s’il existe d’autres anomalies urinaires dans la famille, une consultation de génétique vous sera proposée.

 

Comment va évoluer le rein de mon enfant après la naissance ?

Le rein doit normalement grandir un peu plus que la moyenne, pour « compenser » l’absence d’un deuxième rein. Sa croissance sera surveillée régulièrement par échographie.

 

Quels sont les risques d’un rein unique ?

L’avenir d’un enfant avec rein unique est bon. Si l’anomalie est strictement isolée et que le rein a une bonne croissance, votre enfant aura une vie normale. Néanmoins, en cas de traumatisme ou de douleur lombaires ou abdominales, il faudra préciser au médecin l’existence d’un rein unique.

 

Le risque à long terme (c'est-à-dire à l’âge adulte) est que le rein se fatigue un peu plus vite, surtout s’il existe des facteurs de risque associés (tabagisme, obésité…). C’est pourquoi nous chercherons régulièrement des petits signes d’atteinte rénale débutante pour pouvoir mettre en place si nécessaire une prise en charge précoce. En effet, il a été montré que plus une atteinte rénale est dépistée tôt, meilleur en est le pronostic.

Pour chercher ces petits signes, votre enfant aura une surveillance régulière de sa croissance, de sa pression artérielle et de quelques examens biologiques simples (prise de sang et analyse d’urine).

 

Par ailleurs, il faut éviter à tout âge les médicaments potentiellement toxiques pour le rein. Il s’agit surtout des anti-inflammatoires comme l’ibuprofène (Advil®, Nureflex®, etc.) et, en cas de fièvre ou de douleur, il faudra préférer le paracétamol (Doliprane®, Efferalgan®, etc.). Il est donc important que votre médecin sache que votre enfant n’a qu’un seul rein qui fonctionne, mais certains médicaments anti-inflammatoires sont en vente libre et doivent donc être évités dans la mesure du possible.

 

Quand votre enfant sera plus grand, il faudra lui expliquer que certains facteurs de risque cardiovasculaires (tabagisme, surpoids, absence d’activité physique, excès alimentaires, etc.) doivent être évités pour protéger à la fois son rein mais aussi son « capital santé ». Par exemple, d’un point de vue diététique, il est conseillé de ne consommer qu’une seule fois par jour des protéines (c'est-à-dire une portion par jour de viande, œuf ou poisson) et d’éviter les excès en sel.

 

 

Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à les poser à votre médecin

back
top
 
OK
effacer
plus
OK
effacer
plus
OK
effacer
plus